Gouvernance d’entreprises: Le Maep sensibilise le secteur privé ivoirien

Envoyer Imprimer PDF

Le Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (Maep), section            Côte d’Ivoire, veut se faire connaitre. Raison pour laquelle, il initie sans cesse des rencontres avec les acteurs majeurs. Ce jeudi 27 juillet à la Maison de l’Entreprise à Abidjan-Plateau, c’était au tour des acteurs du secteur privé d’être sensibilisés sur les actions du Maep.  C’était à l’occasion d’un atelier de sensibilisation organisé par la Commission nationale du Maep en collaboration avec la Commission Affaires internationales et coopération de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci).

Cette rencontre a pour objet de sensibiliser le secteur privé ivoirien afin qu’il s’approprie le processus d’évaluation du Maep en Côte d’Ivoire mais aussi renforcer les capacités des organisations du secteur privé en vue d’être des relais auprès de leurs membres.

Le président de la Commission nationale du Maep, M. Bertrand Konan, a indiqué qu’il est nécessaire de vulgariser cet outil d’évaluation qui semble nouveau pour les ivoiriens. Il revêt une importance capitale parce que « c’est un mécanisme qui se caractérise par une approche inclusive et participative ».

Selon lui, le mécanisme offre aux parties prenantes nationales l’opportunité de faire une évaluation de l’état de gouvernance sur 4 différentes thématiques que sont la gouvernance politique pour la démocratie, la gestion et la gouvernance économique, la gouvernance d’entreprise et le développement socio-économique.

Dans sa présentation, M. Konan a relevé que l’évaluation du Maep comporte 5 phases, au rang desquelles l’on citera entre-autres, l’auto-évaluation, celle-ci est effectuée par les Instituts techniques de recherche en collaboration avec les parties prenantes ou encore l’évaluation externe, conduit par un comité d’experts africains.

L’intérêt du Maep, a-t-il dit, est de tirer profit des bonnes pratiques et expériences des autres Etats-membres, renforcer la bonne gouvernance à travers le dialogue et les propositions de réformes. Mais également la contribution à l’éligibilité de la Côte d’Ivoire au Millenium challenge corporation (Mcc).

Au nom de la Cgeci, le président de la Commission Affaires internationales et coopération, M. Guy M’Bengue, a promis de mobiliser les acteurs du secteur privé pour accorder au Maep l’intérêt qui lui est dû. A l’en croire, le mécanisme va atteindre ses résultats escomptés, parce la question de la bonne gouvernance est une question fondamentale dans le développement d’un pays, question qui est d’intérêt pour le secteur privé.

Pour lui, il est important que le secteur privé s’intéresse au Maep, étant donné que le secteur privé emploie, paye des salaires, donc «  il nous faut un cadre assaini pour la bonne marche de nos entreprises », a-t-il signifié.

Les éléments tels que la stabilité politique, la forte croissance économique, le développement durable, l’intégration régionale et continentale qui constituent les centres d’intérêt du Maep, sont également dans le champ de vision du secteur privé. Ce qui a rejoui M. M’Bengue qui pense que ce sont des sources de motivation pour le secteur privé. Un partenariat est prévu entre les deux entités dans les prochains jours.

Pour  rappel, il est important de noter que le Maep est un mécanisme de partage d’expériences et de renforcement des meilleures pratiques et des acquis en matière de bonne gouvernance. Il comprend le secteur public, le secteur privé et la société civile.

Au titre des dispositions institutionnelles, la Côte d’Ivoire a adhéré au Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (Maep) le 29 janvier 2015 à travers la signature du protocole d’entente sur le Maep et devient ainsi le 35ème pays membre sur les 54 que compte l’Union Africaine.

 

 

 

 

Direction Exécutive CGECI

 

Dr Vaflahi MEITE

Directeur Exécutif de la CGECI

Note d'information

Biographie

Documents officiels PND 2016-2020

 

Télécharger

Tribune du Patronat #12

Documentation

 
.