CGECI Academy 2016/Lab1: Des panélistes donnent des outils pour un entrepreneuriat réussi

Envoyer Imprimer PDF

C’est ce jeudi 21 avril 2016, au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, que s’est ouverte la 5ème édition de la CGECI Academy. Entre les différentes étapes qui ont constitué la première journée, on note le Lab1 CGECI solutions avec pour thème: «Vendre son projet entreprenarial».

Dans son intervention, M. Pierre MAGNE, président de la commission entreprenariat  jeunes  et de la commission amélioration de l’environnement des affaires à la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire(CGECI),  a souligné qu’il n’est pas obligatoire d’avoir un coach quand on veut entreprendre  mais «cela parait essentiel pour réussir son projet».  Cela aide à bien structurer son projet, de bien le connaître. «C’est seulement ainsi que l’on saura à qui vendre son projet pour être sûr de le séduire», a-t-il conseillé.

Quant à Lamine BAKAYOKO, directeur général d’Awa café, pur produit des Business plan competition de la CGECI, il pense qu’il faut faire une étude de marché, et surtout montrer qu’on a du coffre, de la carrure parce que «généralement les incubateurs savent plus que nous sur notre projet». C’est pourquoi dira-t-il, «il faut un bon beech » afin de retenir l’attention de l’interlocuteur. Mais en même temps, il précise qu’il faut avoir un beech en fonction de l’objectif du projet. Et cela nécessite de se faire encadrer par une bonne équipe.

Pour l’auditoire, le fait de voir son projet reproduit par d’autres personnes constituent  les principales inquiétudes à l’entreprenariat. A cela, Lamine Bakayoko a répondu que «la seule manière de breveter un projet, c’est de le lancer».  Pour lui, le fait d’avoir participé au projet CGECI Academy a été un détonateur dans l’avancement de son projet.

«Pour mener à bien un projet, il faut oser, maîtriser tous les contours de votre projet, être capable d’affronter toutes les difficultés auxquelles l’on devra faire face». C’est en substance les termes choisis par l’une des panélistes, Mme Massogbè TOURE, présidente de la commission développement de l’entreprenariat féminin de la CGECI. Selon la première femme industrielle dans la filière cajou, l’objectif, le contexte et la cible sont des éléments essentiels qui doivent guider un porteur de projet.

Tous les panélistes sont partis de l’exemple de leurs projets, qui démarrés timidement ont gagné du terrain à force de persévérance. Pour y arriver, «il faut avoir un projet viable», a conclu Isabelle MORENO, fondatrice de Moreno’s.

 

Direction Exécutive CGECI

 

Dr Vaflahi MEITE

Directeur Exécutif de la CGECI

Note d'information

Biographie

Documents officiels PND 2016-2020

 

Télécharger

Tribune du Patronat #12

Documentation

 
.